Musique

Rencontre avec Marta Gardolińska, la nouvelle directrice musicale de l'Opéra

La jeune cheffe d’orchestre polonaise Marta Gardolińska vient d’être nommée, pour trois ans, directrice musicale de l’Opéra national de Lorraine. Née à Varsovie en 1988, l'artiste au talent unanimement salué nous explique sa passion et nous livre ses premières impressions, avant la diffusion de son premier projet symphonique sur France Musique le 18 février à 20h.

Publié le

CAN - Comment vous est venue l’envie de devenir cheffe d’orchestre ?

Marta Gardolińska - À 15 ans, j’étais fascinée par la façon dont une cheffe de chœur dirigeait. Elle m'a initiée à la technique de direction et j'ai adoré la liberté d'expression que cela me donnait. Dès lors, l'idée de faire de la direction était dans ma tête ! Plus tard, j’ai été émerveillée par la partition de la Symphonie Fantastique de Berlioz, son inventivité. Mais il a encore fallu du temps pour que l’envie de diriger mûrisse en moi…

CAN - Qu’est-ce qui vous a plu dans la proposition de l'Opéra national de Lorraine ? 

M. G. - Un rêve devenait réalité : avoir la pleine responsabilité artistique, dans une équipe motivée et inspirante. Lors de notre premier travail sur Der Traumgörge, j’ai pu apprécier les musiciens, l’organisation de la structure, et mes échanges avec le directeur, Matthieu Dussouillez, m’ont confirmé que l'Opéra national de Lorraine était l'endroit idéal pour moi. J’ai à cœur de contribuer à son rayonnement.

CAN -  Quelles sont vos premières impressions sur Nancy ? 

M. G. - C’est une ville surprenante, à l’architecture très diversifiée. J’ai hâte de l’explorer davantage. Je découvre aussi son histoire et suis assez émue et fière de la contribution du roi de Pologne à sa beauté. Je m’y sens un peu chez moi.

CAN - Comment s’est passée votre travail avec l’orchestre sur Der Traumgörge

M. G. - La pandémie rendait tout très incertain. Il a fallu que les musiciens soient flexibles et restent concentrés sur l’objectif de faire la meilleure musique possible. J’ai été très touchée par leur motivation et leur engagement face à un arrangement difficile d'une pièce déjà compliquée. Ils ont fait un travail fantastique !

CAN - Et l’enregistrement du concert « Rêve ou Destin » avec Radio France* ? 

M. G. - Pour ce premier projet symphonique avec l’orchestre, il a fallu changer le format pour respecter les distances sur scène. Le répertoire a été ajusté et nous avons décidé de faire un enregistrement radio plutôt que de jouer sans public. Ce fut une expérience très positive, avec un programme allant de Schubert à Chostakovitch, où il fallait basculer rapidement d’un style à l’autre. Les deux solistes m’ont beaucoup impressionnée.

CAN - Un vœu pour la suite ? 

M. G. - J'ai vraiment hâte de partager ma vision avec les musiciens et avec le public.

Rêve ou Destin, concert en ligne le 18 février

Le concert Rêve ou destin, enregistré par Radio France, sera disponible en écoute, jeudi 18 février à 20h ou en replay à cette adresse (site de France Musique). L’Orchestre de l’Opéra national de Lorraine est dirigé par Marta Gardolińska avec Alexander Melnikov au piano et David Guerrier à la trompette. Au programme : Ottorino Respighi, Airs et danses antiques, suite n°1 ; Dmitri Chostakovitch, Concerto pour piano n°1 ; Franz Schubert, Symphonie n° 3.

+ d’infos sur le site de l’Opéra national de Lorraine