Entretien, Théâtre

Habiter le temps : Histoire(s) de famille à la Manufacture

« Une bombe dramaturgique », c’est ainsi que son metteur en scène, Michel Didym, résume la dernière création en date du CDN - une pièce haletante, façon exploration à cœur ouvert et au scalpel de l’âme humaine. Voilà qui donne envie d’en savoir plus…

Publié le

CAN : Une pièce qui parle du temps pour votre ‘dernière’ en tant que directeur du CDN… Ce n’est pas un choix anodin, si ?

Michel Didym : C’est plus une histoire de famille construite comme un thriller qu’une histoire de temps finalement : comment un drame affreux devient un secret horrible, qui va impacter des générations entières, aussi parce que chacun le raconte d’une manière différente - avec des écarts énormes entre la vérité et l’histoire colportée. Le personnage principal, c’est la maison, et la grande innovation du texte de Rasmus Lindberg, c’est que les trois époques sont là en permanence, avec toujours ce spectre de la vérité qui rôde. Ça en fait vraiment une petite bombe dramaturgique, avec un sujet extrêmement actuel, et une musicalité et une richesse de langue faramineuse. Ce sont surtout ces trois aspects qui m’ont donné envie de la monter aujourd’hui, parce que le théâtre se doit aussi d’être le reflet de la faiblesse humaine, de tout ce que l’humanité a dans son insondable noirceur.

CAN : Dans le contexte actuel, comment se sont déroulées les répétitions ?

Michel Didym : Nous avons d’abord fait trois semaines de répétitions en septembre, puis tout le mois de novembre sur Paris, car Habiter le temps est une co-production avec de nombreuses autres structures, notamment le Théâtre des Champs Elysées. Enfin, une dernière semaine au CDN à Nancy début décembre. Nous avons hâte de la présenter au public à présent. 

CAN : Enfin, vous quittez la direction du CDN à la fin de l’année… Quel est votre souvenir le plus emblématique ?

Michel Didym : La tournée internationale du Malade Imaginaire : 283 représentations à travers le monde, en Afrique, en Chine, en Amérique du Sud, 190 000 spectateurs…. C’était extraordinaire de voir que le théâtre en langue française avait des amateurs partout, et d’y contribuer.

"Habiter le temps"
Texte de Rasmus Lindberg
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy
Texte publié aux Éditions Espaces 34
Mise en scène Michel Didym
Avec Irène Jacob, Éric Berger, Jérôme Kircher, Julie Pilod,
Catherine Matisse, Hana Sofia Lopes

Suite aux annonces gouvernementales, les représentations du spectacle initialement prévues au Théâtre de la Manufacture du 15 au 19 décembre sont annulées. Plus d'infos sur le site de La Manufacture