Entretien

Des « Jours Meilleurs »

Que peuvent apporter les jeunes diplômés de l’ENSAD, l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, à ce monde qui n’est plus tout à fait le même ? Telle est la question au coeur du projet partenarial des « Jours Meilleurs » porté par la directrice de l’établissement, Christelle Kirchstetter, prévu pour être exposé à la galerie Poirel au printemps prochain. Explications.

Publié le

CAN - Quelle est l’idée à l’origine des « Jours Meilleurs » ? 

Christelle Kirchstetter - J’ai emprunté cette appellation à Jean Prouvé. C’est ainsi qu’il avait nommé la maison construite en 1956 suite à l’appel de l’Abbé Pierre pour lutter contre la précarité d’après-guerre. Transposée dans le monde d’aujourd’hui, j’ai trouvé que c’était une bonne perspective pour l’école. C’était dire à nos (futurs) diplômés qu’il y a des créateurs qui, par des temps de crise énormes, se sont appuyés sur la création et ont travaillé avec le territoire pour faire évoluer les choses. Parce que l’art pour l’art, c’est très bien, mais compte tenu de notre héritage et du monde dans lequel on est, je pense qu’il est nécessaire de poser ces questions de responsabilité sociétale, environnementale, économique et sociale. Se demander comment, à travers la création, depuis un territoire, on peut faire des « choses meilleures ».

CAN - En quoi consiste ce programme ? 

C. K. - C’est la ligne directrice de l’école pour cette année, avec des ateliers, des conférences, des rencontres, et comme aboutissement une future exposition de nos jeunes diplômés à la Galerie Poirel - des diplômés qui jusqu’alors ont été largement privés d’outils de travail. Ils ont le champ totalement libre, rien n’est imposé. On leur a seulement demandé de se positionner face à cette crise sans précédent… D’ailleurs, ces mêmes questions ont également guidé le stage « égalité des chances » de cette année.

CAN - Quel est le but de ce stage, qui se déroule du 15 au 19 février à l’ENSAD ?

C. K. - C’est une opération portée par la Fondation Culture et Diversité, qui développe depuis quinze ans des programmes pour accompagner les étudiants les moins favorisés souhaitant intégrer une école d’art du réseau national. Ainsi, chaque année, une vingtaine de lycéens de la France entière se retrouvent pour suivre une sorte de formation accélérée, où ils seront orientés et guidés pour la suite. Et cette année, le stage se déroule à l’ENSAD avec cette question des Jours Meilleurs au cœur des rencontres : quelles réponses les prochaines générations de créateurs peuvent apporter au monde dans lequel on vit. Contexte oblige, le stage se fait cette fois à distance - on a déjà prévu de postuler à nouveau l’année prochaine pour pouvoir cette fois accueillir les étudiants « en vrai » !

L’exposition « Les Jours Meilleurs » à la galerie Poirel sera présentée par l’ENSAD en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Site de l'École nationale supérieure d'art et de design de Nancy